Synthèse des méthodes de valorisation avant cession de votre PME

Fin de la séquence et synthèse sur les méthodes de valorisation avant cession de votre PME.

Pour finir nous allons voir les 2 dernières méthodes :

– la méthode des comparables

la moyenne des méthodes

(version podcast, à écouter, ou télécharger (clic droit) en bas de l’article)

  • La méthode des comparables est difficilement applicable avant cession de PME

  • Cette méthode, longtemps mise en avant par l’administration fiscale française, n’a de sens que pour les TPE ou les grosses entreprises

En effet, si ce principe est applicable pour des TPE d’un même secteur d’activités (commerces, artisans,hôtels restaurants, …) pour lequel il existe non seulement un grand nombre d’acteurs, mais aussi une densité géographique suffisante pour tenir compte de l’environnement local,

il ne peut en être de même pour des PME, beaucoup plus diffuses, et pour lesquelles le portefeuille d’activités est souvent un mix particulier de positionnements sur le marché.

Dans ces conditions il n’existe pas de statistiques dignes de ce nom, et il est difficile de garder des ratios s’appliquant à des entreprises, certes du même secteur, mais ayant des tailles trop différentes.

Il reste vrai que, sur un grand marché comme les Etats Unis, cette méthode est encore très prisée : mais là, la taille du marché permet déjà plus facilement des comparaisons.
Et elles sont d’autant plus acceptables qu’on les applique à des entreprises d’une certaine taille (> 100 salariés).

  • Même à critères comparables, deux PME ne peuvent avoir le même plan de développement, sur les 5 ans à venir, donc les mêmes valorisations

Observez deux PME d’activités à peu près comparables, quel que soit le secteur géographique : il y a néanmoins toute probabilité pour qu’elles

ne partent pas d’un même point, compte tenu de leur histoire propre (investissements, clientèles, ressources humaines, …)

ne suivent pas les mêmes perspectives de développement (idem)

ni avec un même succès, dans le temps.

De multiples raisons se conjuguent pour qu’elles ne disposent pas de plans d’affaires (business plan) comparables.

Donc les valorisations issues de ces plans d’affaires différents, ne serait ce que par l’exemple des flux prévisionnels de trésorerie, ne peuvent être que différentes.

  • Quant à la moyenne des méthodes de valorisation avant cession de PME … elle ne vaut pas la moyenne !

Deuxième méthode également pratiquée par l’administration fiscale, à défaut d’appliquer la méthode des comparables.

C’est le « pot pourri » de toutes les méthodes que vous venez de parcourir : approche patrimoniale (actif net), approche par les multiples, flux prévisionnels de trésorerie, … etc.

Son principal inconvénient, rédhibitoire à mes yeux, est de faire une moyenne entre des valeurs extrêmement dispersées : entre l’actif net et le DCF, on peut atteindre facilement un facteur de 1 à 10 !

Alors que vaudrait une moyenne à 5,5 ?

C’est du bricolage sur un coin de table, et cela ne donne aucune visibilité, aucun argument pour discuter de l’avenir.

CONCLUSION : Toute valorisation ne vaut que par le sérieux de l’analyse stratégique avant cession de votre PME

Vous l’avez compris, trop d’études de valorisations ne font qu’extrapoler dans l’avenir les constats du passé.

Mais inversement, pour des start-up, c’est toujours le délire de projections à partir d’une croissance phénoménale, avec un sous investissement en moyens d’actions (marketing, R&D, RH, …) qui fait aboutir à des valorisations insensées, d’autant plus qu’elles intègrent rarement l’hypothèse d’une concurrence sérieuse à venir.

Revoyez donc les réflexes à avoir pour bâtir un solide plan de développement stratégique.

C’est à partir de celui-ci que vous pourrez commencer à concevoir des plans financiers réalistes, en insistant bien sur l’impact potentiel d’un certain nombre d’aléas : croissance du marché, concurrence sur les prix, substitutions possibles, ….

ACTION :

Ne pourriez vous pas simplement imaginer 2 scénarios sensiblement différents de votre vision d’avenir de votre PME, qui aboutiraient à des valorisations bien distinctes ?

Ce sera un excellent entraînement pour vous, afin de vérifier la solidité des arguments à présenter à votre repreneur potentiel.

A vous ensuite de concevoir les actions correctrices permettant de resserrer les écarts de valorisations, auxquels vous aboutissez,

… pour ne pas ouvrir un champ de négociations trop large.

 

Merci pour votre attention.

A la semaine prochaine pour une nouvelle série sur : les plans d’affaires (business plan).
Jacques Jourdy.

Vous avez maintenant une vision de synthèse sur les méthodes de valorisation avant cession de votre PME.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *